Où il n'est bien sûr nullement question, ni d'automne, ni de Paris…

1 décembre 2009

À bicyclette…

Posté dans : l'Actualité, le Japon, par Dave A. à 12:18

Tous les jours, je me rends au laboratoire en bicyclette.

Le matin, j’emprunte une petite route en promontoire qui serpente le long du fleuve : entre les reflets argentés des galets, les maisons en bois alignées sur la rive en face et les montagnes tout autour, on se croirait dans une vallée des Alpes. À part les automobilistes, qui se sentent peu concernés par la nonchalance helvétique, et ne partagent qu’à contre cœur l’étroite route à double sens avec les amateurs d’air champêtre en deux-roues.

Le soir, je coupe par les terres et navigue les chemins de rizière à la seule lueur de ma dynamo. À choisir mes risques, plutôt finir dans cinquante centimètres d’eau boueuse, qu’aplati entre deux semi-remorques.

J’aime bien ma routine du soir, où la nécessité de tenir un guidon plutôt qu’un livre ou un bloc-note, me force à passer vingt minutes en tête-à-tête avec mes pensées. C’est fou, les choses dont on se souvient lorsque l’on n’essaie pas de réfléchir à quelque chose. Un ami qui avait fait le tour du monde en vélo m’avait confié qu’il occupait les étapes les plus monotones de son périple en se récitant des quatrains : les alexandrins se plieraient naturellement au rythme des coups de pédale sur une respiration régulière. Il avait raison.

L’air vespéral a le parfum distinct des soirées d’automne, vivifiant mais pas encore glacial, un air au goût délicieux, comme on dit par ici.

Parfois, en pédalant dans ma campagne crépusculaire, je ne peux m’empêcher de penser aux curés de Bernanos, sans vraiment savoir pourquoi.

Je me demande s’il existe un bovarysme heureux.

Un commentaire »

  1. Cela fait déjà si longtemps que je n’étais plus passée, espérant une trace de tes mots intrigués…plaisir de les retrouver et envie de te souhaiter une bonne année. Ne te mets tout de même pas en tête de sauver les âmes, là, sur ton petit vélo, tu ne porte pas la soutane, que je sache?
    Attention à Satan, il aime le crépuscule, celui de Dieu bien sûr, et prends bien garde à ton estomac, avec tous tes syndrômes, moi ce serait plutôt celui d’Andromaque, et nous voilà arrivés aux Alexandrins,on pédale et la roue tourne!
    Chez moi l’hiver se noie de blanc, c’est beau et glacial, la bise fige tout et les congères approches.
    Je t’envoie la chaleur du Cantou, le chant des braises et un bisou;)

    Comment par caramel — 9 janvier 2010 @ 1:38

RSS feed for comments on this post. | TrackBack URI

Leave a comment

XHTML (les tags suivants sont autorisés): <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> .

et ignotas animum dimittit in artes